mardi 23 mai 2017
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Liens Liens
Agenda Girondin Agenda Girondin
Album des vidéos Album des vidéos
Catalogue de SEL Terre (offres/demandes) Catalogue de SEL Terre (offres/demandes)
Chemin des Sel (réseau d’hébergements) Chemin des Sel (réseau d’hébergements)
Co-Production Co-Production
   - AMAP
   - Economie solidaire
   - Projet monnaie SOL
Histoire des SEL et autres systèmes d’échanges Histoire des SEL et autres systèmes d’échanges
Librairie du SEL Librairie du SEL
Listes de diffusion ouvertes et TransverSel Listes de diffusion ouvertes et TransverSel
Projets de loi Projets de loi
Revue de presse Girondine Revue de presse Girondine
Site réalisé avec BioSPIP
Ce site est optimisé pour tous les navigateurs qui respectent les normes internet !

Retour à la page d'accueil  Revue de presse Girondine

Sud Ouest - 01/06/2005 - D’autres partages sont possibles !
PAR ANTOINE DE BAECKE

mercredi 1er juin 2005


RESEAUX. -- Systèmes d’échanges locaux, réseaux d’échange de savoirs, cercles d’échanges agricoles... Les alternatives au modèle dominant de répartition des richesses fleurissent dans le département.

Françoise est une spécialiste des crêpes et cherche un laurier-rose pour son jardin. Geneviève a une place dans sa voiture, et a envie de se faire teindre les cheveux. Binta maîtrise la cuisine sénégalaise et veut approfondir son français. Eva échangerait bien des vêtements d’enfants contre des légumes du jardin. De tous âges, de toutes origines sociales, ils font partie des quelque 250 adhérents de la Clef de Sel, le système d’échange local de Rochefort/Tonnay-Charente. Via des réunions hebdomadaires et un bulletin de liaison, « S’el te plaît », ils échangeront leurs offres de biens ou de services contre une monnaie virtuelle, la « piballe », puis dépenseront leur pécule auprès des adhérents qui disposent de ce qui leur manque.

Ailleurs, les picaillons imaginaires ont pour nom « pavés » ou « piafs » (Paris), « fleur » (Saintes), « pépins » (La Rochelle), « mojettes » (Melle), « pommes de pin » (Montendre)... Les monnaies sont compatibles, ce qui permet les échanges « intersel » : une heure de ma vie équivaut à une heure de la tienne, quel que soit le service proposé, et s’échange contre 60 unités de valeur. Quant aux objets, leur valeur est estimée de gré à gré.

« Consommer autrement ». Héritier des expériences de monnaies alternatives dont l’une des plus fréquemment citées eut lieu à Marans en 1958, le système des SEL, système d’échange local, est né outre-atlantique sous le nom de LETS. Depuis son introduction en France vers le milieu des années 90, il s’est fermement implanté dans les régions, et le réseau « Selidaire », qui regroupe et met en relation les différents SEL, en recense environ 350 à l’heure actuelle.

La Charente-Maritime compte plusieurs SEL (Selidaire en compte six mais certains existent et ne sont pas affiliés), souvent anciennement implantés : 1997 ou 1998, les participants ne savent plus trop car les membres se renouvellent et les réseaux évoluent. Tous différents et indépendants, les SEL se retrouvent sur une volonté de « consommer autrement », une réflexion sur les besoins réels des gens et le désir d’y répondre sans avoir recours au « tout payant ». Via les BLE, les Bourses locales d’échanges, et les manifestations « Intersel » organisées périodiquement, les différents SEL maintiennent en Charente-Maritime des relations très suivies.

A Rochefort, la Clef de Sel est peut-être le réseau le plus fourni et a conservé la structure « loi 1901 ». « Notre atout, décrit Annick, la présidente actuelle et secrétaire nationale de La Route des SEL (échanges d’hébergements sur tout le pays), c’est la grande mixité dont nous bénéficions : il y a des urbains et des ruraux, des jeunes et des moins jeunes... Dans certains SEL des villes, tout le monde demande des légumes bio et propose des cours d’informatique, alors les échanges stagnent. Ici, les gens du bord de mer échangent des huîtres contre les champignons des gens de l’intérieur. Dans la région, il y a aussi beaucoup d’étrangers : nous comptons actuellement treize nationalités différentes ». L’an passé, la Clef de Sel a vu s’échanger pas moins de 80 000 « piballes » !

« Venez nous voir ! » Créé il y a neuf ans par un groupe d’une trentaine d’habitants de Brions-sur-Boutonne, le SEL-Sud Deux Sèvres a d’abord stagné, puis il a évolué au fil des nouvelles arrivées. Il a fini par se déplacer sur Melle. Sa présidente, Caroline Wilkins, a connu les LETS de Grande-Bretagne : « ça fonctionne très bien là-bas. Ici, on échange beaucoup de coups de mains... Ce qui marche très bien aussi, ce sont les bourses d’échanges de plantes et de graines. »

Le fondateur, un architecte retraité, a passé la main, mais a légué sa philosophie : il a construit toute sa maison à base d’énergies alternatives, et propose son savoir dans ce domaine via des conférences. L’association Nacre et Sel, à Etaules, tient tellement à l’échange inter-personnel qu’on ne donne pas de renseignements par téléphone : « ce n’est pas que ce soit secret, répond une adhérente, mais souvent on répond et on n’a plus de nouvelles. Venez nous voir, on pourra parler ! ».

Richesses inexploitées. A Montendre, c’est une bande de copains élargie qui constitue le petit groupe fondateur. Ils ont été branchés sur le concept par les membres du SEL de Saintes ; quelques transfuges s’en sont détachés à leur tour pour fonder Ponsel, le système d’échange local de Pons. Et ainsi de suite...

D’autres formules existent, sur des bases sensiblement différentes : deux des quinze « cercles d’échange agricole » français sont implantés au nord et au sud du département ; on y échange du temps de travail ou de machine entre exploitants agricoles. Dans les réseaux d’échanges réciproques de savoirs, on fournit un enseignement dans un domaine particulier contre un autre, un cours de flûte contre un cours de japonais par exemple. Quels que soient la méthode et le concept, l’objectif est le même : pallier aux lacunes du système économique omnipotent par le recours à des richesses inexploitées contenues dans le rapport d’être humain à être humain. Vous avez dit « subversif » ?


« Auberge espagnole » à la Clef de Sel, à Rochefort
les membres se retrouvent autour d’un repas composé de ce que chacun a apporté, mais d’abord comptent les « piballes ». Un moment important de la vie du réseau.

Des contacts et des rendez-vous

A Saintes, les membres de la Fleur de Sel se retrouvent tous les premiers dimanches du mois à 17 heures autour d’un verre au bar Le Tilleul, avenue Gambetta.

A Rochefort, la Clef de Sel tient une permanence tous les jeudis de 16 heures à 18 heures dans son local, 177 rue Pierre-Loti. Site : clefdesel.free.fr.

A Montendre, une BLE (Bourse locale d’échange) se tient tous les derniers dimanches de septembre à juin, « un peu partout dans le canton ». On peut joindre Troc O Sel au 05.46.70.03.28.

A Pons, le réseau Ponsel répond au 05.46.91.48.71.

A La Rochelle, L’Arbre au 05.46.41.93.43. ou arbre.info@laposte.net

Sur la presqu’île d’Arvert, l’association Nacre et Sel organise le dimanche 12 juin une BLE à la salle municipale d’Etaules. Site : http://nacreetsel.free.fr, téléphone 05.46.75.18.56.

A Melle, le Sel-Sud de Sèvre propose une manifestation Intersel de tout le marais poitevin à Bessines, à côté de Niort, le 19 juin prochain, et une BLE le 12 juin au centre social de Melle. Contact : selsuddesevre@yahoo.fr

Des rencontres à fleur de SEL

Le SEL de Saintes, un des plus anciens (vers 1996), a une particularité : il fait partie des quelques SEL dits « systémiques » : association « de fait », la Fleur de Sel n’a pas de statut associatif légal, et Michèle, membre active du réseau, pas de fonction officielle. « notre remise en question permanente consiste à nous demander toujours à quoi sert telle ou telle chose, explique t-elle. Au fil du temps, nous nous sommes rendus compte que la structure associative n’avait pas d’utilité pour faciliter les échanges, alors nous l’avons abandonnée. Par contre, un prénom, une adresse mail, un numéro de téléphone, ça c’est utile. »

Différent du troc. Souvent assimilé à un système de troc, le SEL en diffère pourtant sensiblement : « il ne s’agit pas de troc, qui est un échange bilatéral : on échangeait autrefois, par exemple, une journée de fauchage contre une autre journée de fauchage », explique Michèle. « Ici il s’agit d’un système ouvert, multilatéral. On a une monnaie : je paie tel service ou tel bien avec cette monnaie. En fait, il s’agit de retrouver le but initial de la monnaie, qui vise à libérer l’autre d’une dette... De nos jours, la monnaie est insaisissable, elle ne correspond plus à rien, même pas à une réserve d’or équivalente à sa valeur. 500 euros, de nos jours, c’est une impulsion électronique qui se balade on ne sait où ! ».

« Un SEL a la personnalité de ceux qui l’animent, dit encore Michèle. Certains sont issus de structures sociales, et comptent alors beaucoup de membres en situation précaire ; celui de La Rochelle, fondé par une jeune maman, regroupe pas mal de jeunes mamans. Parfois, leur démarche est très militante, travaillant les notions d’"altermondialisme", d’agriculture biologique... Nous, on ne s’inscrit pas du tout là-dedans. Nous mettons surtout l’accent sur l’échange inter-personnel, le contact ».


Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
-Sud Ouest - 20/08/2004 - Un autre regard sur l’échange
-Mérignac Proche - 11/2004 - SEL et Forum Echange de Savoirs
-Sud Ouest - 29/11/2004 - L’échange privilégié
-Vivre au féminin - Février 2006 - Le SEL - Consommez sans modération.
-Sud Ouest - 18/08/2004 - « SEL’idaire » avant tout
-Sud Ouest - 11/10/2004 - Des échanges fructueux
-A l’Asso numéro 2 - Octobre 2005 - SEL Mérignac Terre
-Sud Ouest - 17/10/2005 - Le SEL organise la BLE
-Sud Ouest - 8/10/2004 - Les utopies du quotidien
-Sud Ouest - 06/03/2006 - Dix ans de troc au SEL


Précédent Haut de page Suivant
 newsletter  -  admin  -  webmaster  -