19 novembre 2017
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Liens Liens
Agenda Girondin Agenda Girondin
Album des vidéos Album des vidéos
Catalogue de SEL Terre (offres/demandes) Catalogue de SEL Terre (offres/demandes)
Chemin des Sel (réseau d’hébergements) Chemin des Sel (réseau d’hébergements)
Co-Production Co-Production
   - AMAP
   - Economie solidaire
   - Projet monnaie SOL
Histoire des SEL et autres systèmes d’échanges Histoire des SEL et autres systèmes d’échanges
Librairie du SEL Librairie du SEL
Listes de diffusion ouvertes et TransverSel Listes de diffusion ouvertes et TransverSel
Projets de loi Projets de loi
Revue de presse Girondine Revue de presse Girondine
Site réalisé avec BioSPIP
Ce site est optimisé pour tous les navigateurs qui respectent les normes internet !

Retour à la page d'accueil  Co-Production  Economie solidaire

Tontine du causse d’Anglars

dimanche 5 juin 2005


Antoine Brégeon a commencé à constituer un troupeau de brebis caussenardes pour vendre des agneaux. A terme, il vise à avoir 150 brebis qui vivront pour moitié de l’année sur le causse d’Anglars et l’autre moitié dans le Lot, pendant la période de chasse. Pour démarrer son activité, il a bénéficié d’un système de tontine.

Les tontines sont originaires d’Afrique. Des personnes mettent en commun leurs économies, puis à tour de rôle en bénéficient pour lancer un projet économique.

Celui qui a bénéficié d’une telle aide doit poursuivre ses versements jusqu’à ce que l’ensemble du groupe ait récupéré sa mise initiale. Ce système peut éviter de passer par les emprunts bancaires et donc évite de payer des taux d’intérêts.

Après Antoine Brégeon, c’est Philippe Delsol qui a bénéficié de ce capital collectif et qui vient de se lancer dans la construction d’un bâtiment agricole abritant une miellerie et une hydromèlerie.

Philippe dispose de 60 ruches et Agnès sa compagne met au point des pains d’épices. La vente est assurée en direct localement.

Ici, le système de tontine a prévu la possibilité de prêt d’économies de courte durée par des personnes qui n’ont pas besoin d’investir ensuite. Les prêts se font alors sur trois ans aux porteurs de projets qui ont le souci de rembourser ces prêts... éventuellement en trouvant d’autres prêts relais. Cela augmente et accélère le potentiel de la tontine.

Pour en savoir plus : Antoine Brégeon - tél. 06 70 06 14 99 - Philippe Delsol et Agnès Girou - Fabret - 81140 PENNE - tél. 05 63 56 20 66.


Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
-Porteur de projets solidaires
-Monnaies locales, monnaies complémentaires, où en est-on ?
-L’argent du citoyen
-Une mairie offre des permis de conduire contre des travaux citoyens
-Liste des fondations et organismes qui subventionnent les projets
-Un passeport pour les amateurs d’informatique
-Aides sociales pour les minimas sociaux
-Projet de l’espace vert constructif


Précédent Haut de page Suivant
 newsletter  -  admin  -  webmaster  -