19 novembre 2017
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Liens Liens
Agenda Girondin Agenda Girondin
Album des vidéos Album des vidéos
Catalogue de SEL Terre (offres/demandes) Catalogue de SEL Terre (offres/demandes)
Chemin des Sel (réseau d’hébergements) Chemin des Sel (réseau d’hébergements)
Co-Production Co-Production
   - AMAP
   - Economie solidaire
   - Projet monnaie SOL
Histoire des SEL et autres systèmes d’échanges Histoire des SEL et autres systèmes d’échanges
Librairie du SEL Librairie du SEL
Listes de diffusion ouvertes et TransverSel Listes de diffusion ouvertes et TransverSel
Projets de loi Projets de loi
Revue de presse Girondine Revue de presse Girondine
Site réalisé avec BioSPIP
Ce site est optimisé pour tous les navigateurs qui respectent les normes internet !

Retour à la page d'accueil  Co-Production  Economie solidaire

L’argent du citoyen

vendredi 14 octobre 2005, Sonia J. FATH


Je préférerais que le social soit entièrement déconnecté de l’économique au travers de l’utilisation d’une monnaie sociale telle le robin, mais la mauvaise volonté de nos politiciens conduit les gens engagés et militants à la ruine. Pour eux et parce que j’en fais partie aussi, j’ai développé cette petite description qui montre bien que l’argent peut être constructeur ou destructeur d’humanité. Actuellement, nous sommes dans l’économie de destruction grâce à l’argent, car il est mal utilisé.

Les dons et les effets...

Amélie est assistante de direction. Elle gagne 2’000 euros nets par mois, soit 24’000 euros par an. Ses impôts sur le revenu se montent à 7’200 euros (j’ai choisi 30% d’impôts car il faut bien prendre l’argent quelque part en bas, si on veut l’offrir aux riches...). Il lui reste donc 16’800 euros pour vivre.

Avec ses 7’200 euros d’impôts, Amélie a financé le programme nucléaire, l’armement, la dégradation sociale, les subventions aux entreprises multinationales, les délocalisations, la propagande constitutionnelle, les inévitables frais de bouche et autres activités de prestige et quelques miettes pour le programme social et les énergies renouvelables, etc.

Sophie, sa sœur est également assistante de direction mais doublée d’une activiste et militante. Elle gagne aussi 2’000 euros nets par mois, donc 24’000 euros par an. Mais Sophie fait des dons de 350 euros par mois à diverses associations et personnes, soit 4’200 euros par an. Ses impôts sur le revenu se montent tout d’abord aussi à 7’200 euros. Mais ses dons lui permettent une réduction d’impôts de 2’772 euros (66%). Ainsi, ses impôts après dons se montent à 4’428 euros. Il lui reste donc 15’372 euros pour vivre, soit 1’428 euros par an de moins que sa sœur qui ne se préoccupe pas du devenir de ses concitoyens et perpétue le système de la dégradation sociale.

Sophie n’a laissé que 4’428 au lieu de 7’200 euros et avec grand regret à la destruction sociale orchestrée par le pouvoir et a contribué avec 4’200 euros à la construction d’un monde de justice sociale.

Pour cet engagement, elle a renoncé avec plaisir à ces 1’428 euros que sa sœur gaspille en futilités au mépris de la vie des autres.

Sonia J. Fath
67201 à côté de Strasbourg
contact@alter-france.net
www.alter-france.net
www.alba-nigra.net


Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
-Tontine du causse d’Anglars
-Projet de l’espace vert constructif
-Porteur de projets solidaires
-Une mairie offre des permis de conduire contre des travaux citoyens
-Aides sociales pour les minimas sociaux
-Liste des fondations et organismes qui subventionnent les projets
-Monnaies locales, monnaies complémentaires, où en est-on ?
-Un passeport pour les amateurs d’informatique


AUTEUR :
-Sonia J. FATH
Précédent Haut de page Suivant
 newsletter  -  admin  -  webmaster  -